Sensibilisation à la santé mentale maternelle

Sensibilisation à la santé mentale maternelle

Alors que la maternité est un beau voyage, il peut y avoir un manque de discussion sur certaines des complications auxquelles on peut être confronté pendant la grossesse et le post-partum. La dépression et l’anxiété post-partum sont des sujets encore tabous. Pourtant, jusqu’à 20 % des nouvelles et futures mamans peuvent souffrir d’une maladie mentale périnatale. Avec la première semaine de mai marquant la semaine de sensibilisation à la santé mentale maternelle, ici chez Merci Maman, nous avons décidé de mettre un coup de projecteur sur la charmante Chelsea Stivers.  Elle nous raconte son voyage vers la maternité ainsi que son expérience dans la recherche d’un traitement pour ses troubles d’humeur et d’anxiété périnataux.

Rencontrez Chelsea

Chelsea Stivers, que vous connaissez peut-être sous le nom de @thebalanceafterbaby sur Instagram, est bientôt mère de deux enfants.

Universitaire accomplie, Chelsea est titulaire d’une maîtrise en ergothérapie, en psychologie et d’une licence de cosmétologie !

Après avoir reçu un soutien et un traitement inappropriés pour sa dépression et son anxiété post-partum, Chelsea a créé The Balance After Baby.

Une plateforme qui vise à fournir aux femmes un équilibre entre leur esprit et leur corps après l’accouchement et la maternité.

 Notre entretien avec Chelsea sur la santé mentale maternelle

 Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Chelsea Stivers et je suis la créatrice et la fondatrice de The Balance After Baby. Nous vivons actuellement dans la région de Seattle avec mon mari, mon fils et ma future fille, qui doit naître en juillet ! Je viens d’obtenir mon diplôme de master en ergothérapie. Depuis un an, je concentre mon énergie sur la santé mentale maternelle, les soins post-partum et la nouvelle maternité. J’ai également lancé une marque de positivité et de soins personnels : Brigid. J’adore ce que je peux faire avec ça ! Il n’y a rien de tel que de voir les mères s’épanouir. Je vis pour cela. 

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours de mère ?

J’ai eu un début un peu difficile dans mon propre parcours de maternité. La grossesse de mon fils s’est déroulée sans incident (et j’ose dire facilement). Le post-partum m’a frappée durement. C’est la première fois de toute ma vie que j’ai été obligée de ralentir et je ne m’y suis pas bien adaptée. On m’a diagnostiqué une dépression et une anxiété post-partum à 5 mois du post-partum. J’ai alors été traitée jusqu’à environ 2 ans du post-partum. Maintenant que j’ai plus de trois ans de post-partum et que je suis enceinte de mon deuxième enfant (ce que je n’aurais jamais imaginé faire à nouveau avant le traitement), je me sens chaque jour plus confiante dans mes capacités de mère.

Je pense que, comme une grande partie de la vie, la maternité est un flux et un reflux. On s’adapte et on apprend constamment, et c’est l’expérience la plus humble qui soit. Personne n’est vraiment un “maître” de la maternité… Mais je sais enfin que je suis la mère parfaite pour MES enfants. Et cela me rend joyeuse. 

Qu’est-ce qui vous a incitée à créer votre compte Instagram @thebalanceafterbaby ?

Honnêtement, j’étais assez en colère contre le manque de soutien et d’éducation concernant les soins post-partum et la santé mentale maternelle lorsque je luttais pour comprendre ce qui se passait en moi. J’étais une femme enceinte instruite, très au courant. Je travaillais dans le domaine de la santé. J’avais une licence en psychologie. Et j’ai dû suivre des cours de médecine pour ma maîtrise. Je n’avais TOUJOURS aucune idée de la façon d’obtenir de l’aide lorsque je me débattais mentalement après avoir eu mon fils.

Nous sommes tellement préparés et éduqués pour la grossesse et la naissance du bébé, mais nous n’avons littéralement qu’UN SEUL examen post-partum. Il s’agit souvent d’un contrôle très rapide du genre “vos points de suture sont en bon état, vous pouvez à nouveau faire de l’exercice… On se revoit dans un an pour votre examen normal !”. C’est assez absurde et décourageant de constater que nous n’avons pratiquement pas de soins post-partum dans notre pays (les États-Unis). Nous sommes toujours confrontés à une immense stigmatisation lorsque les mères rencontrent des difficultés mentales. J’ai donc voulu créer ma page comme un lieu d’éducation, de soutien et de connexion.

Dès que j’ai commencé à parler de mon histoire, j’ai été inondée de messages de femmes disant qu’elles vivaient la même chose. Elles non plus n’avaient jamais reçu d’aide ou avaient été ignorées. Il n’y a aucune raison à cela. La dépression post-partum a des conséquences réelles et graves qui ne sont ni signalées, ni diagnostiquées, ni traitées. Nous devons changer cela. 

Étiez-vous consciente que vous souffriez de votre propre santé mentale après l’accouchement ?

Je savais que je n’étais pas “moi-même”, je pensais que je me sentirais ainsi pour toujours. Ou que j’étais biologiquement défectueuse ou que je ne méritais pas d’être mère. J’ai touché le fond lorsque j’ai dit à mon mari que lui et mon fils seraient mieux sans moi dans leur vie et qu’ils méritaient quelqu’un de mieux. Mon mari m’a exhortée à parler à quelqu’un, ce que j’ai fait peu après.

La seule façon que j’ai trouvée de le faire a été de demander un frottis et un examen annuel à cinq mois du post-partum. Puis d’aborder timidement le sujet de la DPP. Maintenant, je sais que je ne devrais jamais avoir honte de dire “j’ai besoin d’aide”. J’ai commencé à voir un spécialiste de la santé mentale maternelle après cela. J’ai été suivie par lui pendant presque deux ans. 

Pensez-vous qu’il existe une stigmatisation de la santé mentale maternelle ?

Absolument. Je pense qu’à certains égards, nous avons fait beaucoup de chemin pour briser ce stigmate. Il n’y a pas si longtemps, les femmes étaient institutionnalisées ou séparées de leurs bébés parce qu’elles faisaient une DPP. Je ne dis pas que cela n’arrive plus dans certains cas, mais je pense que nous avons commencé à comprendre comment reconnaître et traiter les troubles de l’humeur et de l’anxiété périnataux au niveau clinique.

Nous sommes bombardés d’images et les gens ont un accès direct à nous à tout moment. Je pense que cela exacerbe les facteurs de stress qui peuvent contribuer aux troubles d’humeur et d’anxiété périnataux. J’espère que nous trouverons un équilibre entre l’accès aux ressources dont nous avons besoin et la capacité de maintenir des limites afin de nous protéger. 

Quels systèmes de soutien étaient en place pour vous ?  

Mon mari a été le premier à me dire : “Je suis là pour toi. Essayons de comprendre ce qui se passe ensemble”. Sans lui, je ne suis pas sûre de ce qui serait arrivé, honnêtement. Tout le monde m’a soutenue, mais j’ai aussi vécu loin de la plupart de mes amis ou de ma famille pendant un certain temps, ce qui a vraiment eu un impact sur ma dépression post-partum et mon anxiété post-partum.

J’ai pu trouver une baby-sitter pour me permettre de passer quelques heures par semaine seule. Cela m’a beaucoup aidée, mais c’est un luxe et un privilège que tout le monde n’a pas, je le reconnais. J’ai également consulté un thérapeute et un spécialiste de la santé mentale maternelle (psychiatre). À mon avis, il est essentiel de trouver des prestataires de soins qui sont formés en santé mentale maternelle. Cela fait toute la différence d’avoir une oreille et une voix objectives dans vos soins.

 
 

Nous voyons que vous attendez un deuxième bébé ! Félicitations. Comment vous sentez-vous par rapport à votre deuxième grossesse ? 

Je vous remercie. Oui, je suis enceinte de mon deuxième enfant en juillet (une fille) ! Je n’étais pas prête à avoir un autre bébé avant d’avoir deux ans de post-partum. Je n’étais pas certaine de vouloir revivre une période post-partum. Après avoir suivi le traitement, j’ai commencé à me sentir prête à aborder le sujet et ce sentiment s’est renforcé.

La peur que j’avais d’avoir un autre enfant s’est dissipée et j’ai commencé à penser que c’était le bon choix. Je ne pense pas que quiconque doive se sentir obligé d’avoir un deuxième enfant. La décision d’avoir une nouvelle grossesse après avoir souffert de troubles de l’humeur et d’anxiété périnataux est une décision très lourde. Chacun mérite d’avoir la paix et l’espace pour prendre cette décision pour lui-même et je l’ai eu (et j’en suis reconnaissante). Dans l’ensemble, j’ai vraiment hâte de rencontrer ma petite fille ! J’ai mis en place un plan post-partum avec beaucoup de communication ouverte. 

Nous tenons à remercier Chelsea pour avoir partagé son expérience avec nous.

Vous trouverez ci-dessous des liens vers des sites Web utiles qui peuvent aider ceux qui luttent actuellement contre la santé mentale de la mère.

Comme toujours, n’hésitez pas à partager votre expérience avec nous sur nos médias sociaux.  

Liens utiles :

https://www.england.nhs.uk/mental-health/perinatal/

https://www.thebalanceafterbaby.com/about